Biographies des invité-es 2019

Pour la 1ère édition, la Bande invite à ses côtés:

— pour assurer des ateliers :

Nina Martin | Danseuse, chorégraphe, improvisatrice, chercheuse en danse

Chorégraphe et improvisatrice (improvographe), Nina Martin a présenté son travail en Europe, en Amérique du Sud, en Asie, et aux Etats-Unis – particulièrement à New York où elle a vécu pendant dix-sept ans avant de déménager au Texas. Son travail chorégraphique a reçu le soutien de nombreuses institutions, dont la New York State Commission on the Arts, la Jerome Foundation, deux Tommy’s (San Diego) et sept bourses du National Endowment for the Arts. Son travail est influencé par Elaine Summers, Mary Overlie, Trisha Brown et Steve Paxton, pour ne nommer que quelques géants post-modernes. Nina a dansé avec la David Gordon Pick Up Company, Martha Clarke, Deborah Hay, Barbara Dilley et Simone Forti, et a contribué à fonder Channel Z à New York, ainsi que New York Dance Intensive, et Lower Left. Elle a enseigné au département des Arts et Cultures du monde de UCLA et dans le département de Théâtre expérimental de NYU. Aujourd’hui au Texas, Nina Martin dirige le Marfa Live Arts (et son Marfa Performance Lab and Dance Ranch) et elle est Associate Professor au département de danse classique et contemporaine de la Texas Christian University (www.dance.tcu.edu). Nina Martin est docteure de la Texas Woman’s University.

Scott Smith | Danseur, musicien, improvisateur

Scott Smith enseigne, crée des spectacles, de la musique, interprète, improvise et collabore. Né dans le Midwest des Etats-Unis, il a vécu, étudié et dansé à New York City et Seattle. Il a notamment étudié (le Contact Improvisation) et collaboré (à Material for the Spine) avec Steve Paxton. Membre fondateur de l’ImageLab avec Lisa Nelson, KJ Holmes et Karen Nelson, il a contribué à développer les Tuning Scores, une recherche sur les sens, la perception et leur relation à la composition. Formé à diverses formes de danses traditionnelles et classiques aussi bien qu’à la nouvelle danse, il a dansé dans diverses compagnies à New York et à Berlin, dont la Walker Dance Park Music, Yoland Snaith, Tanz Fabrik, Bebe Miller, Dog Kennel Hill, Gravity and Levity, et plus récemment le Vincent Dance Theatre. Musicien, il se produit notamment avec les Porchlight Smoker (American folk and roots) et crée de la musique pour la danse et le cinéma. Depuis les années 1990, sa pratique se centre autour des danses improvisées, et se soutient de collaborations longues en danse, en musique et en vidéo avec Lisa Nelson, Charlie Morrissey, Beck Edmunds et bien d’autres.

— pour assurer des cours:

Anne Boissière | Philosophe

Anne Boissière est Professeure à l’Université de Lille où elle enseigne l’esthétique et la philosophie de l’art dans le département arts; elle est membre du Centre d’Etude des Arts Contemporains qu’elle a dirigé de 2008 à 2012. Ses recherches s’organisent à la jonction de la théorie critique, de la phénoménologie et de la psychanalyse. Partant de la musique, son travail s’est concentré d’abord sur la pensée philosophique de Theodor W. Adorno, en rapport avec les mutations du XXe siècle dans l’art. La question du mouvement, en lien avec le sentir, occupe son champ actuel de réflexion qui accorde une place importante à l’approche d’Erwin Straus. Par ailleurs, elle collabore régulièrement avec le « Musée d’art moderne d’art contemporain d’art brut » (LaM) de Lille Métropole pour le département d’art brut. Elle a récemment publié Le mouvement à l’œuvre, entre jeu et art (Sesto San Giovanni, Mimésis, 2018) et Chanter Narrer Danser, Contribution à une philosophie du sentir (Delatour France, 2016).

Mots-charnières pour son intervention : philosophie, voix, pathique, jeu, écoute, spontanéité

Carla Bottiglieri | Praticienne somatique, chercheuse en danse

Carla Bottiglieri est praticienne/chercheuse indépendante dans le domaine des esthétiques du geste et des usages du corps. Elle a obtenu un Master en Lettres classiques à l’Université de Salerno et un Master en Arts du Spectacle auprès du département Danse de l’Université Paris 8. Au sein du même département, elle a conduit une recherche-action avec des associations de lutte au VIH/Sida à Paris (2008-2012), visant l’expérimentation des méthodes somatiques dans des milieux médico-sociaux. De 2010 à 2014, elle a fait partie du groupe de recherche Soma&Po (Somatiques & Politiques).
Danseuse, elle a travaillé avec Lucia Latour/Altroteatro, Michele Di Stefano, la compagnie Kinkaleri, Gaëlle Bourges/OS et participé à des aventures théâtrales en tant que performer ou assistante/enseignante (Claudia Castellucci/Socìetas Raffaello Sanzio, compagnie Ueinzz, collectif presque ruines). Elle a enseigné les théories et pratiques du champ somatique au sein de diverses institutions de formation et recherche en danse (Département Danse/Université Paris 8, Université de Nice, DOCH/Stockholm, Consejo Nacional de la Cultura y las Artes/Universidad Mayor, Santiago de Chile).
Praticienne certifiée en Body-Mind Centering et Rolfing, sa recherche continue aujourd’hui en Italie au sein de minima somatica.

Mots-charnières pour son intervention : le champ somatique ; usages du corps et gestes mineurs ; poétiques et savoirs profanes

— pour construire le Centre de ressources

Collectif g.u.i.

Un collectif créé en 2007 qui rassemble aujourd’hui Nicolas Couturier, Sarah Garcin, Julien Gargot, Angeline Ostinelli, Benoît Verjat et Tanguy Wermelinger. g.u.i. collabore avec des institutions culturelles et des collectivités publiques, des associations, des artistes et des chercheurs en mettant en œuvre le design graphique, interactif, éditorial, in situ, méthodologique, et la performance.